“Servantes d’aujourd’hui”: sans papiers mais avec torchons