Réfugiés syriens: la solidarité en panne?