Le profil: Januzaj, le diable accueilli en Messi

Le profil: Januzaj, le diable accueilli en Messi

Son visage ne figure pas dans l'album original « Panini », signe que tout s'est fait très rapidement. Peu importe. Il était attendu et la Belgique lui a déroulé le tapis rouge.

« Il marque du droit et du gauche, son pied gauche est phénoménal, il est rapide et va droit au but », explique le sélectionneur de l'équipe nationale belge, Marc Wilmots.

En football comme en politique, on appelle ça des « mérites exceptionnels ». Et en Belgique, ça ouvre des portes. Depuis 2012, seules les personnes qui démontrent des mérites exceptionnels dans les domaines sportifs, scientifiques et socioculturels peuvent encore devenir belges via la procédure prévue à la Chambre.

Une équipe métissée qui, avec sa jeune génération, est devenue le symbole renouvelé d'une identité moderne et multiculturelle.

Conséquence : aucune naturalisation en 2013, alors qu'elles s'élevaient à près de 5000 l'année précédente. Mais si Adnan Januzaj constitue un atout sportif indiscutable pour notre pays, la question ne s'est pas posée dans son cas.

Fierté nationale

Né à Bruxelles d'un père albanais et d'une mère croate tous deux originaires du Kosovo, le jeune Diable possède la double nationalité. La Belgique et l'Albanie ont longtemps attendu qu'il fasse son choix. Il aurait même, dit-on, tapé dans l'œil du sélectionneur national anglais et du turc qui aurait tenté de faire jouer les origines de ses grands-parents pour le sélectionner. Maintenant qu'il a opté pour les Diables Rouges, il doit répondre aux questions des journalistes sur son intégration dans l'équipe, mais aussi sur son attachement véritable à notre pays.

Une équipe métissée qui, avec sa jeune génération, est devenue le symbole renouvelé d'une identité moderne et multiculturelle. Désormais, les Fellaini, Lukaku, Chadli ou Kompany côtoient des noms « bien de chez nous ». Ensemble, ils incarnent la Belgique d'aujourd'hui et de demain. À l'image d'une certaine équipe de France « black-blanc-beur » qui avait remporté la Coupe du monde en 1998. De quoi inspirer nos Diables ?

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Vidéos

Watch the video