Les demandeurs d’asile à l’hôtel : pas vraiment le « Club MED »