Le paradoxe de l’intérim