La migration économique, monstre du Loch Ness