Chronique: Le macaque et le prix Nobel