Astreintes : l’effet boomerang