3 questions à Sylvain Mapatano, coordinateur de la plate-forme Diobass au Kivu